Éditos

Édito

Depuis notre réouverture dans l’été, nous nous félicitons de la qualité et de la diversité des films français qui sortent en salle – ce mois d’octobre en est une parfaite illustration.

Mais d’abord, retour sur le mois d’août, avec l’audacieux Roulez jeunesse que nous reprogrammons pour une séance exceptionnelle (samedi 27 octobre) dans le cadre de notre désormais traditionnel Ciné famille où les enfants iront voir Yéti et compagnie tandis que simultanément leurs parents découvriront le film de Julien Guetta.

A cheval sur le programme de septembre et octobre (et c’est le cas de le dire !), le plus américain des films français : Les Frères Sisters dont nous poursuivons la programmation en ce début de mois. Un superbe western, sauvage et sentimental de Jacques Audiard, à ne pas rater.

Dans un tout autre genre et une économie plus modeste, mais qui ne trahit en rien l’énergie et la justesse de leur histoire, L’amour flou, notre coup de cœur pour lequel nous recevrons, le 11 octobre, la comédienne Romane Bohringer, passée pour la première fois de l’autre côté de la caméra. Voilà un film « fait à la maison », quasi improvisé, sur le vif. Romane Bohringer et Philippe Rebbot font le deuil de leur histoire grâce au cinéma et à la vie qu’il parvient à insuffler.

Du rire encore, doux amer, avec le dernier opus de Gilles Lellouche, Le Grand bain. Regardez l’affiche du film (en couverture) et la brochette d’acteurs en maillot de bain, l’humour est donné, il ne vous reste plus qu’à plonger !

Pour souligner encore la richesse de cette rentrée, je termine ce petit panorama cocardier, non exhaustif, par un réalisateur belge (nos cousins !), Guillaume Senez qui réussit avec Nos batailles dans un genre mélodramatique, sur le fil, un très beau portrait de père incarné par Romain Duris aussi touchant que juste.

Au programme, des rires, des situations décalées, des larmes, une palette d’émotions, des essais de mise en scène, des plans inspirés, pour des films de cinéastes confirmés ou débutants, des budgets conséquents ou plus modestes. Tous ces films donnent de l’espoir et nous font considérer que sur le plan de la création le cinéma français se porte bien en nous donnant des nouvelles de ce monde qui lui ne semble pas toujours tourner très rond…

Anne Huet, directrice du Ciné 104


Édito enfants

Cet automne au Ciné 104, on se déguise, on se glisse dans la nuit et on écoute des histoires, pour ne plus avoir peur du noir.

Tout commence avec le retour des ciné-contes pour les tout-petits le mercredi et le dimanche après-midi : les 10 et 14 octobre, des Petites Etoiles s’allumeront dans les yeux de nos très jeunes spectateurs qui découvriront un album lu par la Bibliothèque Elsa Triolet avant leur séance de cinéma.

Pour les petits toujours, vous pourrez suivre les aventures de Léon, Mélie et leur joyeuse bande d’amis avec les deux derniers épisodes de la tétralogie.

Quant aux grands, ils rencontreront des Yétis, Harry Potter reviendra leur faire quelques tours de magie, mais surtout ils adoreront se faire peur pour le Ciné-Halloween…
Vous pourrez venir déguisés pour accueillir le nouveau-né de la Famille Adams et manger un monstrueux goûter Barbes à papa après la projection !

Emilie Desruelle, Responsable jeune public
Contact : 01 83 74 58 73
emilie.desruelle@est-ensemble.fr