Vendredi 17 février à 20h15 : Raconter la révolution // Éric Hazan

Vendredi 17 février à 20h15 : Raconter la révolution // Éric Hazan
Naruna Kaplan de Macedo est accueillie au Ciné 104 pour une résidence d’écriture financée par la Région Ile de France. Elle travaille à l’adaptation en long-métrage de fiction du roman de Leslie Kaplan, MATHIAS ET LA REVOLUTION (POL 2016). Synopsis: Lors d’une journée de Mai, à Paris aujourd’hui, Mathias aimerait que quelque chose se passe. Quelque chose de grand, de révolutionnaire. Il rencontre Louise. Elle lui raconte la grève de 68 tandis qu’ils se promènent dans la ville. Autour d’eux les gens et les choses bouillonnent, semblent se préparer. À quoi? Mais à la révolution, bien sûr. Dans le cadre de cette résidence, un cycle de projection, Révolution(s) est organisé. Cette séance du 17 février sera particulièrement axée sur la question du récit. Après une projection de LA REPRISE DU TRAVAIL AUX USINES WONDER, Eric Hazan fera le récit d’un épisode révolutionnaire.

Eric Hazan est le fondateur des éditions La Fabrique. Il est l’auteur de plusieurs livres autour de la question révolutionnaire, sur la Révolution française mais aussi sur les dynamiques de la révolte, les barricades, l’insurrection. « J’ai eu deux fois l’occasion d’entendre Eric Hazan raconter un moment révolutionnaire. A chaque fois c’était un moment de cinéma. En évoquant ces moments, il faisait apparaître des corps, des visages, des voix. Ce n’étaient pas des fantômes, c’étaient des possibilités concrètes, un instant ravivé ». Naruna Kaplan de Macedo

Reprise du travail aux usines Wonder
De Pierre Bonneau et Jacques Willemont.
France.1968. n&b. 10 min. 16 mm


Le 10 juin 1968, c’est le jour de la reprise du travail, votée après trois semaines de grèves. Il y a un attroupement devant l’usine, l’atmosphère est tendue…et au milieu de la foule, une jeune fille est-là, qui pleure, qui crie, qui dit qu’elle ne rentrera pas, qui dit que non, elle ne mettra pas les pieds dans cette taule dégueulasse…

À l’été 68, Rivette dira du film : «C’est un film vraiment révolutionnaire, peut-être parce que c’est un moment où la réalité se transfigure à tel point qu’elle se met à condenser toute une situation politique en dix minutes d’intensité dramatique folle».

Tarif unique : 3,5€