Écran libre # 7 / Philippe Ramos/Les Grands squelettes

Écran libre # 7 / Philippe Ramos
Proposées par l’Association Côté court, les séances Écran Libre sont dédiées à la création contemporaine. Autour du documentaire de création, de films-essais, de vidéos d’artistes, d’œuvres audiovisuelles, d’expérimentations cinématographiques, de films militants ou amateurs, Écran Libre est un rendez-vous mensuel avec les œuvres et leurs auteurs qui met en lumière et en perspective de nouvelles écritures, afin de mettre au cœur de la salle les expériences de cinéma qui feront naître les formes de demain.
C’est dans sa Drôme natale que Philippe Ramos réalise seul des films d’aventures en super 8. Ce cinéaste autodidacte adapte par la suite Madame Edwarda de Georges Bataille. En 1993 il réalise son premier court métrage Les Îles désertes. Viennent ensuite Vers le silence (1995), Ici-bas (1996) puis en 2000 L’ Arche de Noé. Tous sont sélectionnés au Festival Côté court. En 2001, il réalise son premier long-métrage Adieu pays. Suivront trois autres longs métrages (Capitaine Achab, Jeanne captive, Fou d’amour), tous salués unanimement par la critique.
Les Grands squelettes
De Philippe Ramos.
France. 2018. Couleur. 70mn
Avec Melvil Poupaud, Françoise Lebrun, Jacques Bonnaffé,
Jean-François Stévenin, Jacques Nolot, Denis Lavant, Anne Azoulay, Alice de Lencquesaing

A Paris, lors d’une journée printanière, un homme en costume est étendu sur le sol. S’il se relève, c’est sans bien savoir pourquoi il était d’abord tombé. Ses pensées nous parviennent : très vite, elles dérivent, remontent à son réveil, sa compagne endormie à l’ombre des rideaux… Derrière la façade des vêtements, du travail, les grands squelettes sont une foule d’individus perdus dans leurs pensées. Philippe Ramos soumet radicalement la fiction au rythme imprévisible et secret de la rêverie. Une dérive sans barrières et sans juges : reviennent inlassablement des mots simples dédiés à l’amour, au désir et au sexe. L’angoisse se fait discrète, mais omniprésente.