Tel Aviv on fire

Tel Aviv on fire
De Sameh Zoabi.
Palestine/France. 2018. Couleur. VO. 1h40.
Avec Kais Nashef, Lubna Azabal, Yaniv Biton, Nadim Sawalha

Salam, 30 ans, vit à Jérusalem. Il est Palestinien et stagiaire sur le tournage de la série arabe à succès Tel Aviv on Fire ! Tous les matins, il traverse le même check-point pour aller travailler à Ramallah.  Un jour, Salam se fait arrêter par un officier israélien Assi, fan de la série, et pour s’en sortir, il prétend en être le scénariste. Pris à son propre piège, Salam va se voir imposer par Assi un nouveau scénario. Evidemment, rien ne se passera comme prévu.
L’humour yiddish n’a cessé de se développer sur le principe de tourner en dérision les situations les plus tragiques pour tenter d’en surmonter les situations les plus traumatiques. C’est probblement sur ce principe que se base cette comédie entre Israël et la Palestine. Il n’est pas si fréquent que la région, étant plutôt habituée aux sujets graves, soit prise comme objet comique. C’est un vrai délice que ce film, dans lequel nous entrons avec le délicieux Kais Nashef, acteur lunaire et irrésistible. A travers les diverses relations qui se tissent autour du tournage d’une série type «feu de l’amour en Palestine» c’est la vie quotidienne de ces deux pays en conflit qui se raconte, avec un humour tendre mais jamais mièvre.