Diamantino 3

Diamantino
De Gabriel Abrantes,
Daniel Schmidt. Brésil, France, Portugal. 2018. Couleur. 1h32.
Avec Carloto Cotta, Cleo Tavares, Anabela Moreira, Margarida Moreira /
Festival de Cannes 2018 / Semaine de la critique

Diamantino, icône absolue du football, est capable à lui seul de déjouer les défenses les plus redoutables. Alors qu’il joue le match le plus important de sa vie, son génie n’opère plus. Sa carrière est stoppée net, et la star déchue cherche un sens à sa vie.

Combien de bonnes comédies sur le football pouvez-vous citer? Question-piège, car Diamantino a beau avoir pour protagoniste un joueur plus vrai que nature (un sosie de Cristiano Ronaldo), il ne s’agit pas vraiment d’un film sur le foot. Il ne s’agit de toute façon pas d’un film-à-sujet, tant les deux réalisateurs (un Portugais et un Américain) se fichent du réalisme. Ils l’envoient même d’un grand coup de pied à l’autre bout du terrain. La masculinité toxique des surhommes, des dieux du stade, des footeux homophobes, des pères de famille ou des chefs politiques est ici balayée d’un grand coup par ce bain de mousse géant. Un bain irrésistible, rose et léger à l’image de cette comédie à la fois idiote et bien maline. Le Polyester.com

Merc 05 déc. : 16h50
Ven 07 : 20h30
Sam 08 : 17h15/21h00
Dim 09 : 14h30
Lun 10 : 16h15
Mar 11 : 18h30