Ciné pour la santé Cléo de 5 à 7

Mardi 16 octobre à 20h : Ciné pour la santé :  Cléo de 5 à 7
Rencontre animée par Hélène Pellissier du CDC 93, accompagnée d’un médecin.

Deux portraits de femmes qui luttent pour la vie chacune à leur manière, sont projetés dans le cadre du mois du dépistage du cancer du sein. C’est l’occasion pour la Ville de Pantin et le collectif pantinois d’informer et de sensibiliser sur la prévention et le dépistage des cancers.

En avant programme : En mon sein
Court- métrage en présence des deux réalisateurs pantinois Nathalie Rouckout et Kevin Lameta.

Cléo de 5 à 7
De Agnès Varda.
France. 1962. Noir et blanc. 1h30.
Avec Corinne Marchand, Antoine Bourseiller, Dominique Davray

Cléo, belle et chanteuse, attend les résultats d’une analyse médicale. De la superstition à la peur, de la rue de Rivoli au Café de Dôme, de la coquetterie à l’angoisse, de chez elle au Parc Montsouris, Cléo vit quatre-vingt-dix minutes particulières. Son amant, son musicien, une amie puis un soldat lui ouvrent les yeux sur le monde.

Téméraire dans sa façon de s’emparer de motifs si mélodramatiques – la maladie et la rencontre inespérée – pour les plonger dans un bain de modernité documentaire : le Paris encore populaire, encore vivant, parfois dangereux, du mois de juin 1961. Et dans le choix de son personnage principal, ouvertement vieillot, presque suranné, au départ très littéraire: femme entretenue avec gouvernante complice, chanteuse yé-yé et cocotte de toujours, la capricieuse et superstitieuse Cléo est aussi éloignée que possible d’Agnès Varda, photographe de Jean Vilar, cinéaste avant tout le monde (La Pointe courte, Accrochez-vous, les gars), et ayant déjà fait un bébé toute seule. De l’une à l’autre, de 5 à 7, de la rue de Rivoli au boulevard de l’Hôpital, il y a ce chef-d’œuvre. Courez voir, encore et encore, ce film à l’inépuisable liberté.

Tarif unique 3,5€