L’île aux chiens 2

L’île aux chiens
De Wes Anderson.
Allemagne, Grande-Bretagne. 1h41. VO et VF. Animation.
Avec les voix de Koyu Rankin, Vincent Lindon, Romain Duris, Yvan Attal, Hippolyte Girardot
À voir à partir de 10 ans

En raison d’une épidémie de grippe canine, le maire de Megasaki ordonne la mise en quarantaine de tous les chiens de la ville, envoyés sur une île qui devient alors l’Ile aux Chiens. Le jeune Atari, 12 ans, vole un avion et se rend sur l’île pour rechercher son fidèle compagnon, Spots. Aidé par une bande de cinq chiens intrépides et attachants, il découvre une conspiration qui menace la ville.

Le réalisateur américain Wes Anderson est un conteur unique. Son cinéma Lego (pour la construction minutieuse des maquettes) et Playmobil (pour les histoires simples et fortes qu’il imagine dans ce monde ainsi créé) provoque quelque chose de magique : un émerveillement enfantin, une jubilation de voir le monde des vitrines de Noël s’animer pour de vrai. Le cinéma d’animation en stop-motion (technique image par image) offre au cinéaste texan un terrain de jeu infini qu’il avait déjà arpenté avec le génial «Fantastic Mister Fox». Après les renards et les loups, les cabots. «L’Ile aux chiens», qui ouvrit le 68e Festival de Berlin, en compétition, est un régal visuel de tous les instants. On pourrait se perdre à l’infini dans ce Japon réinventé qui fourmille de détails, d’idées de mise en scène, d’hommages discrets ou tonitruants à la culture nippone – notre préféré restant la mise en scène de la légende façon théâtre Kabuki. Yannick Vély/Paris Match

L’île aux chiens  VO/VF

Merc 27 juin : 14h30 VF
Ven 29 : 18h30 VO
Sam 30 : 18h30 VF
Dim 1er juillet : 18h30 VO
Lun 2 : 18h30 VF